WestJet Blog Home

Les femmes de l’air – Rose

« Vous n’avez besoin que d’une seule personne qui croit en vous, et cette personne, c’est vous. »

Avant de devenir une membre d’équipage de cabine en 2016, Rose Streete était terrifiée à l’idée de prendre l’avion. Pour Rose, prendre l’avion signifiait ternir fermement l’accoudoir, tout en appréhendant le décollage et l’atterrissage. « Ce n’est pas avant 2013, la veille du jour de l’An, qui est aussi le jour de mon anniversaire, que j’ai réalisé que mon amour pour les voyages lointains outrepassait ma peur de prendre l’avion », explique Rose.

Trois ans plus tard, Rose a décidé que de travailler pour WestJet en tant que membre d’équipage de cabine lui permettrait d’aider les gens pour qui, comme elle, la peur de prendre l’avion les empêchait de vivre leur passion. « Notre monde est vaste. En surmontant ma peur de prendre l’avion, je peux combler mon désir de voir le monde et offrir à mes enfants la même possibilité. WestJet m’a permis d’aider les autres à faire de même », indique Rose.

Nous avons pris quelques instants pour nous entretenir avec Rose et lui poser quelques questions au sujet de son amour pour les voyages, de ce qui l’inspire et de l’importance d’outiller les filles et les jeunes femmes.
collage des photos de Rose

Quels sont les défis auxquels les femmes doivent faire face dans l’industrie?

De 2013 à 2015, je me suis immergée dans le travail communautaire, en faisant du bénévolat pour un organisme sans but lucratif local à Mississauga, en Ontario. Pendant ces deux années, j’ai mené un projet de recherche qui me demandait de rencontrer 23 jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans, qui habitaient dans des communautés racialisées et marginalisées, afin de discuter des barrières qu’elles devaient surmonter pour atteindre le succès.

Je connaissais une femme qui travaillait dans le développement communautaire, puis, un jour, je lui ai demandé de venir parler à ces jeunes femmes. Elle était aussi pilote. Lorsque les jeunes femmes du groupe ont découvert sa profession, elles sont tombées sous le charme. Pour la plupart d’entre elles, c’était la première fois qu’elles voyaient quelqu’un à qui elles pouvaient s’identifier, une personne prospère dans un métier non traditionnel. Les répercussions de cette rencontre ont été substantielles.

Lorsque les jeunes femmes se voient représentées uniquement dans des métiers traditionnels, cela réduit les domaines d’emploi où elles croient qu’elles pourraient réussir, ce qui entraîne un manque continu de représentation féminine dans les industries telles que l’aviation.

Quels changements aimeriez-vous voir dans l’industrie de l’aviation?

Des efforts plus constants pour augmenter la représentation féminine; la Journée internationale des femmes n’est qu’un seul jour. Pendant les 364 autres jours de l’année, les jeunes femmes doivent prendre des décisions concernant leur avenir. J’aimerais voir davantage de femmes qui réussissent être célébrées constamment, montrant que peu importe votre genre, vous pouvez avoir du succès dans l’industrie de l’aviation.

De plus, l’industrie élargie de l’aviation doit faire mieux, surtout en ciblant les jeunes femmes lors de leurs activités de recrutement. La perspective de devenir pilote était autrefois vue comme étant plus appropriée pour les hommes, mais nous savons maintenant que ce n’est pas vrai. Nous devons faire le travail de démontrer aux jeunes femmes qu’elles sont elles aussi dignes d’une carrière prospère dans le domaine de l’aviation.

Parlez-nous d’un moment où vous vous êtes sentie fière d’être une femme dans le domaine de l’aviation.

Je suis la règle d’or : traitez les autres comme vous voudriez être traités. Je la suis depuis longtemps et cela me permet de réussir en tant que membre d’équipage de cabine. Chaque fois que mes invités montent à bord de l’un de nos appareils, j’essaie de me mettre à leur place. Je fais preuve d’empathie envers chaque invité en tant que mère, en tant que personne ayant peur de prendre l’avion et en tant qu’être humain. Je me concentre sur les moyens de les rendre à l’aise, de les amener à destination en sécurité et d’accroître leur amour pour les voyages.

Une fois le vol terminé, il y a souvent des enfants qui viennent me voir en me demandant de voir le poste de pilotage et en me racontant leur rêve de devenir pilote. L’autre jour, une jeune fille m’a abordée. L’équipage l’a immédiatement fait se sentir bien accueillie et a fait de son mieux pour l’encourager. C’était l’occasion rêvée de permettre à cette jeune femme de s’émanciper et c’est exactement ce que l’équipage a fait. J’étais extrêmement fière d’en être témoin.