WestJet Blog Home

WestJet annonce des changements organisationnels pour assurer son avenir

WestJet a aujourd’hui annoncé des changements organisationnels qui lui permettront de consolider les activités de ses centres d’appels en Alberta, de sous-traiter les activités aéroportuaires dans tous les aéroports nationaux en dehors de Vancouver, Calgary, Edmonton et Toronto, et de restructurer stratégiquement son bureau et son personnel de direction. Ces modifications visent à simplifier l’exploitation de WestJet pour lui assurer un avenir concurrentiel après la crise de la COVID-19.

«Tout au long de la plus grande crise de l’histoire de l’aviation, WestJet a pris de nombreuses décisions difficiles, quoiqu’essentielles pour assurer la pérennité de notre entreprise », a déclaré Ed Sims, président et chef de la direction de WestJet. « L’annonce d’aujourd’hui concernant ces changements stratégiques mais inévitables nous permettra d’assurer la sécurité de nos 10 000 WestJetters restants et de poursuivre la transformation de notre entreprise. WestJet répondra une fois de plus aux besoins des voyageurs canadiens en leur offrant des tarifs bas et un service primé, demain et dans les années à venir.»

Au total, 3 333 employés seront touchés dans tout le pays. Alors que WestJet s’affaire à choisir de nouveaux partenaires de services aéroportuaires, la compagnie aérienne accordera, autant que possible, un accès préférentiel aux possibilités d’emploi pour les postes aux aéroports.

La crise de la COVID-19 a frappé WestJet et l’industrie aéronautique mondiale avec une force dévastatrice. Depuis le début du mois de mars, le nombre d’invités a dégringolé en raison des craintes liées au virus et des avis aux voyageurs qui ont mis un frein à presque tous les voyages, sauf ceux jugés essentiels. Pour atténuer les répercussions de la situation sur ses effectifs, WestJet a mis en place des mesures immédiates de réduction des coûts, y compris le licenciement de la majorité de la main-d’œuvre externe, l’instauration d’un gel de l’embauche, la cessation de tous les voyages et formations non essentiels, la suspension des rotations de rôles et des rajustements de salaire, la réduction des salaires des cadres, des vice-présidents et des directeurs et l’interruption de plus de 75 % de ses projets d’investissement.